Comment la petite fille humaniste que j’étais s’est retrouvée à faire du droit des affaires?

Toujours ce même visage, un soupçon de dégoût ou de déception, je ne sais pas, mêlé à de l’admiration lorsque j’explique ce que je fais de ma vie. J’ai 22 ans et suis en train de terminer mes études.

« Ah tu fais du Droit des aff? Espèce de requin! » « Nous en pénal on pense à l’humain au moins » « S’il te plaît ne devient pas comme tous ces avocats qui ne pensent qu’à l’argent » « Ah je te voyais pas du tout dans cette voie… T’as pas l’air comme ça pourtant ».

Mon projet professionnel est en fait mon projet de vie, disons le clairement. Autrement dit quand tu juges ma formation, tu juges mes choix, tu juges ma vie tout entière. Je suis de nature extra vous le savez haha. Mais je ne vous en veux pas, parce qu’il faudrait 45 minutes de discussion pour te convaincre que je ne suis pas un requin. Et 45 minutes à parler de moi, lorsqu’on est juste en train de faire connaissance ce n’est pas dans mes cordes. Alors autant te faire un papier dessus.

Qu’on se le dise l’argent n’est pas ma motivation. Si ça l’était je n’aurais pas envisagé de pseudo longues études et aurait commencé à travailler à plein temps directement après le bac. Les personnes qui ont fait ça ont aujourd’hui les poches trois fois plus remplies que les miennes. Alors non l’argent n’est pas ma motivation. Et le métier d’avocat est en réalité trop empreint d’aléas pour me garantir quoique ce soit pour le futur. Encore faut-il pouvoir prétendre au titre de Maître…

Ce que tu dois savoir, c’est que je suis ce qu’on appelle une passionnée. Le métier d’avocat est pour moi une vocation depuis mes 10 ans. A priori une vocation ça ne s’explique pas. C’est quelque chose qu’on a en nous, qui nous habite. J’ai bien essayé à plusieurs reprises de trouver une raison, une cause à cela mais en vain. Est-ce que j’ai été influencé par un télé crochet? Par un livre? Une histoire que j’aurai pu entendre? Ou un exposé d’un camarade en primaire? Aucune idée et finalement la réponse à cette question importe peu. J’ai ça en moi depuis maintenant plus de la moitié de ma vie. Mais ce n’est pas le sujet, si les questions autour de l’ambition vous intéressent vous pouvez toujours lire mes articles qui en traitent. Notamment « Les filles soyez ambitieuses!!! » ou « Être une femme ambitieuse en 2017 ».

Ce qui importe c’est de savoir ce qui m’a plu dans l’idée d’exercer à terme ce métier. Pour répondre à cette question je vous laisse avec Nalyah, 10 ans élève timide de CM2 et très « consciencieuse » selon son institutrice.

Je sais même pas ce que ça veut dire consciencieuse. Moi tout ce que je veux c’est aider les gens, ceux qui n’ont rien. D’ailleurs Dieu, tu sais toi qui a créé l’argent? Pourquoi est-ce qu’il a fait ça? Ce serait tellement mieux sans! Tout le monde pourrait manger à sa faim. Et puis Maman m’aurait pas dit non pour avoir un autre tamagotchi. Et ça se trouve tous les enfants du monde auraient des tamagotchi, tu te rends compte! Ça m’a rendu triste cet été quand j’ai vu des petites filles comme moi travailler au marché de Dantokpa à Cotonou. En plus Maman m’a dit qu’elles ne vont pas à l’école. Il y en avait qui étaient plus grandes que moi et n’ont jamais appris à lire ni à écrire. Je pense qu’il leur faut un avocat. C’est toujours l’avocat qui aide à régler les problèmes des gens. Et comme ça elles pourront aller à l’école et peut-être même qu’elles auront des tamagotchi pour jouer comme moi! Parce que c’est pas juste en vrai que moi j’ai le droit d’aller à l’école et de pouvoir jouer tous les jours alors qu’elles, elles travaillent au marché pour rapporter de l’argent à leur famille. Voilà s’il y avait pas d’argent ce serait beaucoup plus mieux!

Si tu lis entre les lignes tu comprends que mon but était d’aider l’autre, et d’aider en Afrique. Et bien devine quoi? Mon but est toujours le même. Je sais parfaitement ce que je fais mais surtout je sais où je vais. Je ne cherche en rien à légitimer mes choix ni à m’expliquer, puisque je sais avoir pris la voie la plus judicieuse pour arriver à mes fins. Sans la citer, Zola (de la chaine Youtube Aaron et Zola, non pas l’écrivain) dit très bien que ce qui compte ce n’est pas d’avoir raison mais d’obtenir ce que l’on souhaite. Et je n’aurai jamais honte de ça. Oh que non. Traitez moi d’individualiste, de capitaliste, d’égoïste tout ce que vous voulez. Mais vous vous attaquez à la mauvaise personne.

Bien sûr s’il existait une spécialité du droit à l’éducation ou du droit à l’égalité des chances je ne serai pas en droit des affaires. Le fait est que ces droits ne sont que des formules politiques et leur fondement juridique n’est pas assez lourd pour en faire une spécialité. En clair ça n’existe pas. N’oublions pas que je suis juriste de formation. Je n’enumerai pas l’ensemble des spécialités qui s’offre à nous parce que…flemme. Ceux qui me toisent où me critiquent, défendent le plus souvent l’humanisme et l’éthique du droit pénal et du droit social. Ils ont raison et j’affectionne tout particulièrement ces matières justement pour ça. Mais il y a une chose non négligeable qu’il faut mentionner. Ce sont des matières franco-françaises nullement tournées vers l’international et encore moins l’Afrique. C’est la particularité du droit, chaque pays a son propre régime juridique, ses propres règles, du fait de la souveraineté des États et c’est bien normal. Alors, qui est le plus égoïste entre nous finalement? Toi pénaliste cantonné à ta petite métropole (parce que bien souvent vous oubliez les DROM COM)? Ou moi, qui essaie de m’étendre au maximum sur le monde pour toucher l’Homme? Sans rancune je vous adore les pénalistes, d’ailleurs vos plaidoiries sont toujours les plus profondes et m’inspirent énormément. Pour ce qui est du droit social, on ne peut pas vous enlever le droit à la santé qui est une des causes les plus nobles au monde selon moi. Mais là encore, en France le système de santé et de sécurité sociale est définitivement abouti. Et ce, peu importe les débats qui tournent autour du trou de la sécurité sociale. Je continue à penser que le plus gros du travail n’est pas à faire ici…

Et le droit international dans tout ça? J’y viens. C’est d’ailleurs en partie ce que je fais. Pour certain le droit international n’existe pas, ce n’est pas complètement faux, cela dit c’est une question doctrinale bien qu’intéressante elle alourdirait cet article. Ce « droit », le droit international privé, englobe toutes les matières de droit privé (droit de la famille, divorce, filiation, droit des affaires, relations commerciales) dès lors qu’un élément du dossier provient d’une autre nationalité (un parent étranger, une société étrangère, un accident à l’étranger).

Je fais du droit des affaires internationales. Je suis ce qu’on appelle une affairiste. Affairiste, parce que le seul moyen pour moi d’avoir la possibilité d’exercer mon futur métier en Afrique de l’Ouest et pour l’Afrique de l’Ouest, était d’apprendre le droit de l’ohada. Un droit harmonisé en droit des affaires dans cette région de monde. Et avant cela il me fallait les bases du droit des affaires français. Tout simplement. C’est grave docteur? Capitaliste? Moi? À vrai dire je déteste l’idée de faire du profit pour faire du profit, et mon avis sur les écoles de commerce est très tranchée. Ce qui m’anime est quelque chose que d’autres qualifieront d’utopiste : c’est le développement, l’émergence de cette région du monde. De chez moi. Et cela passe, je pense, par donner l’opportunité aux gens d’entreprendre, et mon rôle est de les accompagner juridiquement dans cette aventure. Alors lorsqu’on me qualifie des jolies choses que j’ai cité plus haut parce que dans quelques jours je commence mon stage de fin d’études dans un groupe international… Je dis FUCK, parce qu’en attendant c’est moi qu’ils ont choisi. Je n’y serai qu’un temps. Je vais apprendre énormément et je pourrais transmettre ce que j’ai appris. Et peut être qu’un jour naîtra un groupe de sociétés africaines écrasant le marché dans son domaine. Ce jour j’aimerai être là, et je serai plus que fière de savoir que j’ai pu participer à cela  même si ce n’est qu’à 1%. Oui j’ai utilisé le futur et non le conditionnel, parce que j’ai foi je vous dis. J’y crois.

Finalement je n’ai rien à prouver à personne si ce n’est à moi-même et à ma maman. J’ai bien compris que pour la plupart des gens tout est soit tout noir soit tout blanc, et eux, sont étrangement toujours du bon côté. Le problème c’est que je pense aussi être du bon côté. Encore une fois mon ambition c’est le développement, c’est l’émergence et forcément dans tout cela il y a des questions d’argent. D’autant plus dans le droit des affaires. Mais lorsque l’ambition est plus grande que la monnaie, l’argent n’est qu’un détail. Et juste comme ça l’argent n’est pas quelque chose de mal en soi, par nature. C’est les comportements abusifs autour qui le sont comme pour béa de choses en fait. L’alcool notamment. Et aujourd’hui il n’y a que par le commerce que l’on peut se faire une place sur la scène internationale. C’est étrange j’ai toujours le même discours et soit on me qualifie d’utopiste vivant dans un monde de bisounours soit de méchante capitaliste, entendez-vous!

C’est tout pour moi pour aujourd’hui, je vous aime tous qui que vous soyez et d’où vous venez. Et merci infiniment de me lire et de m’encourager lorsqu’on se croise ou par message. Much love. Croyez en vous.

TOUJOURS PLUS :

LES FILLES SOYEZ AMBITIEUSES!!!

Être une femme ambitieuse en 2017

Un commentaire sur “Comment la petite fille humaniste que j’étais s’est retrouvée à faire du droit des affaires?

  1. C’est bien de garder en tête son identité, ses racines, son origine et de ne pas oublier que nous vivons aujourd’hui dans un monde globalisé..
    Cette conscience est la source d’un épanouissement équilibré qui vous donnera, j’en suis persuadé, des armes pour exceller dans votre carrière judiciaire…
    Bon courage… Nadege ALIA alias NALYAH…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s