Notre temps est venu

Processed with VSCO with a6 preset

Lorsque l’on sent que l’on doit parler, on parle. Et c’est ce que je fais aujourd’hui.

La rentrée est source, si ce n’est, synonyme de nouveau départ. Et quand bien même le mois de septembre touche à sa fin, je crois que le message de cet article reste et restera à jamais d’actualité. Ce dernier est simple : notre temps est venu. Il est temps pour notre génération de prendre des décisions qui nous ressemblent et de faire en sorte que notre société soit plus digne, plus juste et plus fraternelle. N’ayez pas peur de ces grands mots, ils cachent en fait une réalité toute simple à portée de chacun : celle de croire en nous et croire en notre légitimité.

42321930_2349725821722291_5781346165932949504_n

Je reconnais qu’il est difficile de trouver les mots justes. Ceux qui touchent, percutent et qui en même temps reflètent parfaitement la réalité que l’on rencontre tous les jours.  Si je publie un tel billet c’est parce que je sais que l’on est une immensité à partager ces valeurs, loin des discriminations, des propos et blagues racistes, pour simplement faire ce que l’on sait faire de mieux selon notre domaine, nos spécialités et passions avec civisme (ce qui by the way devrait être la norme). Comme souvent j’ai la foi. Aujourd’hui je vous fais part de ma foi en notre génération. Il n’est pas question de faire une éloge aveugle à notre génération belle et progressive allant à l’encontre des vieux réfractaires, puisque malheureusement et ce n’est pas nouveau, il y a des abrutis partout et ce même au sein de la jeunesse.

La preuve en est si on revient sur les évènements qui se sont déroulés ces derniers mois. On a pu entendre des gens s’indigner -à tort- face à la composition de l’équipe de France de football championne du Monde. Selon eux ce n’était pas représentatif de la France. L’idée du multi-culturalisme n’est pas aisé à comprendre pour tout le monde visiblement. Aussi, l’été et ses festivals en plein air, s’est vu gâché par des chants racistes en faveur d’une annexion colonialiste du Congo juste pendant le concert de Kendrick Lamar qu’ils attendaient. Si ce n’est pas ironique ça. Ça me rappelle la fois où je me suis retrouvée malencontreusement en soirée chez un jeune front national qui écoutait en boucle le dernier album de Drake. Ah… ce genre d’antithèse incompréhensible.

Processed with VSCO with a6 preset

Dieu merci, ces mécréants s’en prennent à la mauvaise génération, parce que l’on est décidé à construire un environnement plus digne que ce qui nous a été donné jusqu’à aujourd’hui. À côté de ces inepties, on peut recenser nombre d’actions bien pensantes et surtout bienveillantes. À ce titre il y a eu la sortie d’un manifeste incroyable retraçant miraculeusement ce que j’ai toujours pensé. « Noir n’est pas mon métier » est un petit bouquin dirigé par l’actrice française Aissa Maiga, et co-écrit avec 15 autres actrices noires et françaises tenant un discours d’une force démesurée. Elles expliquent avec légèreté leur expérience dans le cinéma français, entre sexisme et racisme. J’en parle parce que ça m’a vraiment inspiré, mais il y a aussi les actions anodines de chacun qu’il faut également souligner. Je fais en fait ici l’éloge d’une partie de notre génération bien pensante, ambitieuse et talentueuse qui non seulement a un brillant avenir mais peut aussi apporter sa contribution dès à présent puisque oui, notre temps est venu.

On a entre 18 et 30 ans, et on pense bon de toujours reporter à demain nos actions, or il est temps de reconnaitre que nous sommes légitimes à tout faire. Non seulement parce que nos valeurs sont justes, mais aussi parce que l’on peut matériellement mener ces actions. Je nous considère « woke ». Si tu penses être toi aussi woke, je t’invite à laisser un commentaire #woke sous cet article ou sur ma dernière photo Instagram (@nalyah_).

Processed with VSCO with a6 preset

Etre woke, ce n’est pas être noir. Ce n’est pas  faire partie d’une minorité. Ce n’est pas être blanc non plus. Ni jaune, rouge, arabe ou arc-en-ciel. Non, être woke, c’est dans la tête. C’est dans le coeur, c’est se rendre compte peu importe qui l’on est, peu importe ce à quoi l’on renvoie, que certains subissent des injustices pour ce qu’ils sont et ne pas les cautionner. C’est traiter tous ceux qui se présentent à nous sur un pied d’égalité. C’est différencier les personnes uniquement sur des critères objectifs, comme les compétences et non pas sur l’origine sociale. C’est ne pas se faire juge en adoptant des stratégies de discriminations positives. C’est être altruiste, comprendre que chacun à son histoire et que certains n’ont pas été prédisposé à affirmer leur personnalité dès le bas âge, parce que les instituteurs adoptaient en vers eux la face de l’invisibilité. C’est s’efforcer à ne pas reproduire les erreurs de nos ainés et ne jamais rester silencieux face aux injustices quand bien même on n’y est pas directement victime. C’est s’étonner de ne voir qu’une personne non blanche dans une société de plus de 300 salariés proche d’une grande métropole. Ou au contraire de ne voir que des minorités dans des tâches non qualifiées. Parce que oui c’est étonnant lorsque l’on sait à quel point les universités sont hétéroclites. C’est s’indigner de voir que le vigile du magasin de prêt à porter que vous côtoyez est étudiant en dernière année de Master et que parce qu’il s’appelle Mamadou n’a pas trouvé d’autre job étudiant. C’est s’intéresser à l’autre. Sans quoi, on reste dans l’ignorance et c’est l’antithèse de la woke génération. C’est être en quête perpétuelle de mieux. Dans le sens d’un vivre ensemble. Un véritable vivre-ensemble non faussé par les restes des phases sombres de l’histoire.

42482929_1040978979405108_6892754707089981440_n

Nous sommes jeunes, hommes, femmes, blancs, noirs, jaunes, multicolores, juifs, musulmans, chrétiens, athées, de diverses origines mais tous français de la métropole ou des Antilles et notre temps est venu.

Nous sommes étudiants, jeunes diplômés, jeunes adultes, adolescents, et notre temps est venu. Il est temps de dégraisser les rouages invisibles mais palpables du patriarcat discriminant la femme, et autres minorités. Il est temps que les normes sociales s’alignent à ce que la loi prévoit depuis longtemps, c’est à dire pour une réelle égalité des droits et des opportunités, et que les situations de discrimination ressortent de rares anecdotes et ne soient plus une habitude.

Etre woke, pourrait finalement être traduit comme être lucide voire extra-lucide face  aux réalités quotidiennes.

Vous êtes forcément woke, sinon vous ne serez pas tomber sur mon blog et plus spécifiquement sur cet article. L’idée est simple, le message de la woke génération c’est de tous faire pour avancer vers du +=+ c’est à dire que du positif, et que du mieux. Si c’est le cas, laisse moi un petit commentaire « woke » pour voir à quel point on est nombreux.

Ce blog prend dès ce jour une nouvelle direction. On évolue. Ensemble. Et croyez moi, ça ira crescendo. Jusqu’à ce que notre voix soit entendue et inpactante. Bienvenue dans la woke generation.

Processed with VSCO with a6 preset

De gauche à droite, un grand merci à Julia, Loïs, Lydia, Yasmeen et Urielle (hors caméra) d’avoir permis d’aussi beaux clichés. Vous êtes au top, vous êtes la woke generation.

Un commentaire sur “Notre temps est venu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s